• secrétariat@viimbaore.org

  • Ouahigouya, Burkina Faso 335.

  • (+226) 24 55 43 85

Projet de renforcement des unités de transformation des céréales de Viimbaoré

Activités Date: Affichages : 163

Projet de renforcement des unités de transformation des céréales de la coopérative Viimbaoré

projects_dark4.png
La coopérative Viimbaoré a été créée en janvier 2015 sous l’impulsion de la Fédération Nationale des Groupements NAAM (FNGN) et l’ONG SOS Faim. C’est est une organisation paysanne qui ambitionne de se positionner comme actrice majeure de lutte contre l’insécurité alimentaire dans la région du Nord du Burkina Faso et au plan national. Cette question de la sécurité alimentaire est centrale dans tous les pays du Sahel, a fortiori en zone rurale où l’accès physique et économique à la nourriture sont des défis quotidiens pour les populations. La disponibilité de stocks de nourriture suffisants ainsi que leur qualité nutritionnelle sont également au centre des préoccupations des acteurs de terrain, qui multiplient les actions d’accompagnement et de formation des professionnel·le·s du secteur.

Dans les communes environnantes de Ouahigouya, des femmes étaient déjà formées dans les domaines de l’agriculture et de la transformation des céréales, mais on constatait chez elles une faible capacitation en techniques modernes de production.

Il y avait un réel déficit en formation professionnelle, aggravé par un manque de moyens pour acquérir du matériel de production – la combinaison de ces facteurs empêchant les travailleuses d’aller au-delà de techniques rudimentaires.

C’est pourquoi en avril 2021, la coopérative Viimbaoré a bénéficié d’un financement dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’Expertise France « Boucle du Mouhoun, Nord et Sahel : territoires créateurs d’emplois », subventionné par l’Agence Française de Développement, pour mener un projet de renforcement des unités de transformation des céréales destiné à 4 coopératives dans les communes de Tangaye, Koumbri, Thiou et Barga. L’objectif du projet était de renforcer les capacités techniques et opérationnels des coopératives de transformatrices de céréales afin d’accroitre leur compétitivité.